Le Buffalo AKG Art Museum expose en ligne 13 œuvres numériques, vendues en NFT pour financer son nouveau campus

Le 21 novembre 2022, le Buffalo AKG Art Museum a ouvert la première exposition organisée par un musée américain avec les principaux artistes engagés dans les technologies de la blockchain et de l’art numérique. « Peer to Peer » est à la fois une exposition en ligne ouverte jusqu’au 2 décembre 2022, mais également une collecte de fonds par la vente de NFT, qui contribuera au financement de l’extension du musée, dont l’ouverture est annoncée en mai 2023.

Organisée par le conservateur par la nouvelle conservatrice du Buffalo AKG Art Museum et spécialiste de l’art numérique, le Dr Tina Rivers Ryan, « Peer to Peer » est une exposition en ligne révolutionnaire qui met en scène des échanges entre ces artistes et leurs « pairs » historiques présents dans la collection d’art moderne et contemporain du Buffalo AKG.

  • Perpétuer la vision innovante du musée

Depuis sa fondation en 1862, le Buffalo AKG s’est engagé à définir les mouvements artistiques tels qu’ils émergent, y compris ceux nés des dialogues avec les nouvelles technologies telles que la photographie et la vidéo.

En 1910, la Albright Art Gallery de Buffalo avait ainsi accueilli la première exposition de photographie américaine. Organisé par le père de la photographie, Alfred Stieglitz, il présentait les images de 65 photographes dans le but de démontrer que l’appareil photo n’était pas simplement un outil scientifique, mais un instrument d’expression artistique.

Le musée a également été parmi les premières institutions à collectionner des artistes tels que Jackson Pollock, Henry Moore, Frida Kahlo et Andy Warhol.

L’équipe actuelle perpétue cette vision innovante du musée de Buffalo, tout en considérant le rôle des musées dans un monde de l’art décentralisé.

Le descendant direct de la galerie, le Buffalo AKG Art Museum, propose donc une exposition mais aussi une réflexion sur l’art numérique et les NFT.

« Alors que les technologies numériques influencent de plus en plus tous les aspects de nos vies, les musées ont l’occasion d’amplifier la voix des artistes qui explorent de manière créative et critique les potentiels esthétiques et les conséquences sociales de ces nouveaux outils puissants » explique l’institution.

Autre audace, l’exposition est proposée en ligne, car le nouveau musée d’art Buffalo AKG (anciennement la galerie d’art Albright-Knox) ​​est fermé depuis le début de réaménagement en novembre 2019 et devrait rouvrir ses portes en mai 2023.

  • 13 artistes contemporains inspirés par la collection du musée

En plus de présenter de nouvelles œuvres de certains de 13 artistes parmi les plus importants engagés dans les blockchains et l’art numérique, Peer to Peer est également la première exposition à mettre en évidence la relation de ces artistes au discours de l’histoire de l’art.

L’exposition présente treize œuvres nouvellement commandées et produites avec une variété de technologies, de l’intelligence artificielle à la modélisation 3D, et allant des vidéos et GIF aux PDF, sites Web, applications logicielles, mettant en valeur les diverses pratiques des artistes qui ont joué un rôle de pionnier dans la construction de ce nouveau monde créatif.

Bien que technologiquement expérimentales, les œuvres abordent et transforment également des thèmes explorés par les artistes au cours des deux derniers siècles, notamment la relation entre l’abstraction et la figuration, la créativité de l’inconscient, et la définition de l’art comme système conceptuel.

« L’exposition célèbre à la fois la pertinence continue des « pairs » historiques pour notre époque contemporaine et les contributions des nouveaux « pairs » au réseau d’idées en constante expansion de l’art » précise le musée.

« Au cours des deux dernières années, les communautés technologiques se sont mêlées à un débat sur les promesses et les dangers des blockchains, qui ont le potentiel de transformer Internet », explique le Dr Ryan. « Le marché de l’art contemporain est devenu une étude de cas pour l’utilisation potentielle des blockchains. Mais ce sont les artistes des médias expérimentaux qui ont toujours aidé à mener la conversation sur les nouvelles technologies, et cette exposition met en évidence la véritable ampleur et diversité de l’art émergeant de ce nouvel espace culturel ».

Peer to Peer présente des artistes d’Amérique du Nord, d’Europe, d’Amérique centrale, d’Amérique du Sud, du Moyen-Orient et d’Afrique, reflétant les réseaux mondiaux de l’art numérique depuis les années 1990 et des blockchains depuis les années 2010.

Ces artistes sont: LaTurbo Avedon, Auriea Harvey, Mitchell F. Chan, Rhea Myers, Entangled Autres (Sofia Crespo, Osinachi et Feileacan McCormick), Casey Reas, Simon Denny, Anne Spalter, Amir H. Fallah, Itzel Yard, également connu sous le nom d’Ix Shells, Sarah Friend et Sarah Zucker.

LaTurbo Avedon. CLUB ROTHKO – ORANGE AND YELLOW STARTER PACK
  • Morceaux choisis

Les résultats des 13 créations sont « stimulants, variés et souvent amusants » selon les termes du musée.

. LaTurbo Avedon « joue sur les qualités immersives à grande échelle des peintures de Rothko et créé Club Rothko, une vidéo qui traverse un espace épuré avant de s’installer sur un rectangle géant d’oranges et de jaunes ».

. Avec Metaverse Landscape, Simon Denny continue de « remettre en question le détachement perçu entre les mondes physique et numérique » avec une création inspirée du Monopoly et des peintures d’Albert Bierstadt qui évoque la spéculation immobilière qui se déroule sur la plateforme metaverse Decentraland.

. Pour Crocket Challenge, Mitchell F. Chan transforme le tableau The Croquet Players (1865) de Winslow Homer en un jeu informatique avec une forte critique sociale.

Mitchell F. Chan. Winslow Homer’s Croquet Challenge
  • Une exposition en ligne et une collecte de fonds

L’exposition « Peer to Peer » est présentés en ligne du 21 novembre au 2 décembre 2022 par Feral File, une plateforme en ligne d’expositions d’œuvres d’art basées sur des fichiers numériques, cofondée par l’artiste Casey Reas et la startup blockchain Bitmark. Intéressée notamment par la collaboration avec des conservateurs de musées, la plateforme avait déjà travaillé, en 2021, avec le Museum of Modern Art de NYC sur le projet d’art génératif de l’artiste turc Refik Anadol.

À la fin de l’exposition, Feral File conservera les œuvres exposées. Les éditions limitées font l’objet de jetons frappés sur Ethereum.

Du 29 novembre 2022, à 17 h Est au 2 décembre à 17 h Est, suite à une soirée de lancement officielle lors de la Miami Art Week, les œuvres seront proposées à l’achat, sous forme de NFT, dans le cadre d’une collecte de fonds destiné à soutenir le Buffalo AKG Art Museum.

La moitié des revenus sera partagée entre les artistes et la plateforme, l’autre moitié bénéficiera au Buffalo AKG Art Museum, et notamment au financement de son nouveau campus agrandi, conçu par OMA/Shohei Shigematsu et qui ouvrira ses portes au printemps 2023.

Au delà de la collecte, le musée espère par ce projet rajeunir sa communauté et faire connaitre ses nouvelles ambitions.

« La pandémie de Covid et les quarantaines qui en ont résulté ont ravivé l’intérêt pour la manière dont les musées pourraient utiliser Internet pour afficher des œuvres d’art », explique Tina Rivers Ryan. « C’est une expérience pour nous alors que nous continuons à explorer comment nous pouvons mieux atteindre les audiences numériques là où elles se trouvent. »

Le nouveau bâtiment du Buffalo Akg Art Museum. Photo: OMA Shohei Shigematsu
  • Le nouveau Buffalo AKG Art Museum

L’ancienne galerie d’art Albright-Knox, désormais nommée Buffalo AKG Art Museum, rouvrira au public le 25 mai 2023, avec un campus largement rénové et agrandi, conçu par le cabinet d’architectes OMA Shohei Shigematsu.

Un engagement de 20 millions de dollars de l’État de New York, annoncé le 21 novembre 2022 par la gouverneure Kathy Hochul, complète la campagne de financement de 230 millions de dollars du musée de Buffalo, considérée comme la plus importante pour une institution culturelle de l’histoire de l’ouest de New York.

L’expansion est un « projet transformateur qui donnera un coup de pouce significatif à l’avenir de Buffalo », a déclaré le gouverneur Hochul, dont la ville natale est Buffalo. Avec cette refonte du campus, l’impact économique annuel du musée sur l’État passerait de 24 millions de dollars à 47 millions de dollars, la fréquentation annuelle faisant un bond de 135 000 à 185 000 voire 205 000, selon une étude récente du centre de recherche University at Buffalo Regional Institute.

La pièce maîtresse du musée est un nouveau bâtiment de trois étages, relié par un pont transparent au bâtiment néo-classique de 1905. Un terrain de sculptures en plein air et une cour ont été recouverts d’une canopée spectaculaire de verre et de miroirs, une œuvre d’art originale d’Olafur Eliasson, qui va permettre de créer un nouvel espace de rassemblement communautaire sur le campus. 

« L’un des principaux moteurs de l’ensemble de ce projet de campus a été de concevoir une solution architecturale en synergie avec notre mission d’être un musée ouvert et accessible à divers publics » explique la directrice du musée, Janne Siren.

Le financier Jeffrey E. Gundlach, un natif de Buffalo représenté par le G dans le nouveau nom du musée, a donné 65 millions de dollars pour l’agrandissement, avec la condition que le financement comprenne à la fois des contributions privées et un soutien gouvernemental.

La nouvelle canopée de verre et de miroirs, œuvre d’Olafur Eliasson et Sebastian Behmann, du Studio Other Spaces. Photo: Studio Other Spaces

A sa réouverture, le musée double son espace d’exposition à 5 000 mètres carrés, tous dédiés à la collection permanente, avec une réinstallation inaugurale qui présentera plus de 400 œuvres. Environ 15 pour cent n’ont jamais été exposés, y compris des acquisitions récentes d’œuvres de Nick Cave et d’autres créateurs. Le nouveau musée pourra enfin présenter au public les 33 peintures monumentales du musée donnée par le pionnier de l’expressionnisme abstrait Clyfford Still, la deuxième plus grande collection de l’artiste au monde après celle du Clyfford Still Museum.

Le nouveau musée sera doté d’une galerie dédiée à l’art numérique et d’un laboratoire de pratique et de recherche sur les technologies numériques.

« Nous prévoyons de continuer à inclure l’art numérique dans le cadre de nos acquisitions régulières, de nos expositions et de notre programmation publique », a déclaré Ryan« Il sera pleinement intégré dans le travail que nous faisons pour façonner l’avenir de l’art contemporain. »

buffaloakg.org/art/exhibitions/peer-peer

https://feralfile.com/exhibitions/peer-to-peer-pjb

buffaloakg.org/building-buffalo-akg-art-museum

collection en ligne

SOURCES: Buffalo AKG Art Museum, presse

PHOTOS: Buffalo AKG Art Museum, artistes

Date de première publication: 01/12/2022

Laisser un commentaire