Du 25 février au 11 mars 2021, Christie’s est la première maison à vendre en ligne une œuvre d’art 100% numérique

Partager :

En octobre 2018, à New York, Christie’s adjugeait un portrait réalisé par un algorithme pour 432 500 dollars. Deux ans après, la maison de vente met en vente, pour la première fois, une œuvre intégralement digitale réalisée par l’artiste américain Beeple. Dans le contexte de crise mondiale due au covid et de remise en question du marché de l’art, Christie’s souhaite ainsi rester à l’avant-poste des innovations numériques qui transforment le marché de l’art contemporain, de sa création à sa monétisation.

Du 25 février au 11 mars 2021, la maison de vente aux enchères met donc pour la première fois en vente sur son site web une œuvre 100% digitale. 

Son auteur, qui répond au nom de Beeple, est surtout connu pour avoir réalisé des affiches en 3D et vidéos en animation. Il a également créé des visuels pour des concerts d’artistes tels que Ariana Grande, Justin Bieber et Childish Gambino. Sa production connaît un vif succès commercial puisque qu’une collection de vingt de ses œuvres a été vendue pour 3,5 millions de dollars en décembre 2020.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Christie’s (@christiesinc)

Pour cette nouvelle création, l’artiste Américain Mike Winkelmann a réalisé et publié une image chaque jour pendant treize ans, sans s’arrêter une seule journée, avant de les assembler dans cette étonnante composition peuplée de visages, de décors de science-fiction ou cosmiques et de paysages abstraits aux tonalités hallucinatoires.

Composée de 5 000 images aux proportions diverses, cette dernière se présente comme une immense mosaïque dont les dimensions se mesurent non plus en pouces ou en centimètres mais en pixels, 21,069 x 21,069 pixels (319,168,313 bytes).

Entièrement numérique, et donc virtuelle, l’œuvre baptisée Everydays – The First 5000 Days est donc une sorte de synthèse visuelle de sa pratique artistique sur plus d’une décennie. (explorer l’œuvre en « super zoom »)

Beeple, « Everydays : The first 5000 days », 2021.
(c) Christie’s
  • Quelle garantie d’unicité et d’authenticité ? 

Contrairement à l’œuvre NFT de Robert Alice vendue en octobre 2020 chez Christie’s (qui était en fait une version virtuelle d’un tableau), l’œuvre de Beeple est purement numérique.

Pour garantir à l’acheteur l’exclusivité de cette œuvre virtuelle, Mike Winkelmann a imaginé une solution inédite : encrypter sa signature dans le fichier même en utilisant la blockchain et ainsi intégrer des données uniques et infalsifiables au fichier pour en interdire toute duplication.

« Je pense que nous allons constater une explosion non seulement de nouvelles œuvres, mais aussi de nouveaux collectionneurs et je me sens honoré de prendre part à ce mouvement” se félicite Mike Winkelmann.

Labellisée “NFT” (Non Fungible Token, c’est-à-dire “preuve non fongible”), l’œuvre est donc protégée en étant informatiquement liée à son propriétaire grâce à ce procédé technologique.

Selon Noah Davis, le spécialiste de Christie’s en art d’après-guerre et contemporain, « le marché des NFT a connu une ascension rapide au cours des dernières années, et plus particulièrement au cours des derniers mois Le marché potentiel des NFT est particulièrement prometteur, car il s’adresse à un public au fait des technologies et particulièrement intéressé par l’art numérique, ainsi qu’aux collectionneurs qui sont depuis longtemps attirés par l’art cutting-edge dans le domaine des nouveaux médias ».

Preuves de cet engouement artistico-technologique: le 14 février 2021, le graphiste David Rudnick a vendu un NFT de la Saint-Valentin pour près de 20 000 dollars tandis qu’un enchérisseur anonyme a payé 15 600 euros, pour Stem, une fleur numérique vendue sur le site de commerce en ligne Zora.

  • Battre le record de 2018 ? 

Christie’s consacre une vente spéciale à l’œuvre qui sera proposée exclusivement en ligne du 25 février au 11 mars 2021.

Le montant minimum des enchères a été volontairement fixé à un bas niveau, 100 dollars. Mais nul ne sait ce que les collectionneurs seront prêts à payer pour cette œuvre d’un nouveau type.

La maison Christie’s battra-t-elle son record d’octobre 2018 en vendant cette œuvre complètement numérique plus de 432 500 dollars ?

C’est le prix qui avait été adjugé pour un portrait grâce à l’intelligence artificielle à partir de milliers de peintures rentrées dans sa base de données par le collectif parisien Obvious.

Le 5 mars, 6 jours avant la clôture, les enchères pour « Beeple » atteignaient déjà la somme de 3.5 millions d’euros.

Vente en ligne “Beeple : The First 5000 days”, du 25 février au 11 mars sur le site de la maison Christie’s.

Présentation du projet sur le site de Christie’s

SOURCES: Christie’s, presse 

PHOTOS: Christies’s

Date de première publication: 25/02/2021

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le collectif français Obvious et le street-artist allemand RAWS « réinterprètent » certains des trésors de Lascaux

En période de forte croissance des enchères en ligne et de confinement, Christie’s enrichit ses contenus et services numériques

Durant la Frieze Week 2020, Christie’s mettra en vente «The Life», la première expérience en réalité mixte conçue par Marina Abramović

Une installation numérique aléatoire proposant des portraits imaginaires créées par l’intelligence artificielle vendue chez Sotheby’s le 6 mars 2019

En octobre 2018, Christie’s New York va vendre aux enchères une première œuvre créée par un algorithme

Partager :

Laisser un commentaire