Grâce à un nouveau mécénat de DNP, la BNF numérise en 3D et diffuse 21 trésors de ses collections

Partager :

Le 2 juillet 2019, la BnF avait conclu avec Dai Nippon Printing Co., Ltd. un accord de mécénat de compétence, complété par un soutien financier en faveur de la rénovation de Richelieu et autour de la numérisation en 3D et la valorisation de pièces exceptionnelles. Grâce à cette collaboration franco-japonaise, ce sont aujourd’hui 21 objets rares du département des Monnaies, médailles et antiques qui se dévoilent en 3D dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Cette opération d’envergure est une première mondiale pour un ensemble aussi complet d’œuvres
précieuses, aux matériaux et aux formes uniques.

À cette occasion, DNP a développé des outils innovants pour la création des objets 3D et la BnF propose un nouveau « visualiseur » sur Gallica. Cette numérisation de haute précision va ainsi permettre à tout un chacun de contempler ces trésors sous tous les angles, pour une immersion toujours plus grande au cœur de notre patrimoine.

« La BnF se réjouit de cette collaboration avec DNP, qui met en œuvre les techniques les plus pointues en matière de numérisation. Cette opération permet de faire découvrir au public des pièces parmi les plus précieuses des collections de monnaies, médailles et antiques de la BnF, dans une qualité exceptionnelle et sous tous les angles. Après la numérisation de 55 globes anciens en 2016, la Bibliothèque salue ce mécénat renouvelé avec DNP qui permet de partager la culture avec le plus grand nombre. C’est un mécénat d’excellence au profit de tous. »  Laurence Engel, directrice de la BnF

  • Les technologies numériques au service d’une bibliothèque accessible à tous

Cette opération de numérisation 3D constitue un défi pour DNP, de par la nature des objets concernés : reliefs mouvementés, surfaces diverses et formes composites, particulièrement difficiles à restituer. Elle permet non seulement aux visiteurs d’admirer les détails ou les angles peu perceptibles à l’œil nu, mais aussi de répondre aux enjeux de conservation et d’accessibilité des ressources patrimoniales. La numérisation 3D offre une nouvelle manière de se confronter aux œuvres qui en ont bénéficié.

La plupart présente une iconographie très riche dont les détails échappent au visiteur quand l’objet est exposé derrière une vitrine, à distance, ou lorsqu’une seule face est donnée à voir, alors que le décor en fait le tour. Dans certains cas, la matière elle-même – brillante, mate, satinée, translucide, transparente, colorée, en relief ou plane – rend l’appréciation plus difficile sans manipulation de l’objet pour faire jouer la lumière.

L’histoire longue de ces œuvres, de leur fabrication à leur arrivée dans les collections de la BnF, a souvent laissé des traces, notamment par des marquages en différentes langues, généralement dans des parties non visibles, au gré des propriétaires successifs. La numérisation 3D donnera accès à cette histoire cachée des objets et aux péripéties qu’ils ont connues.

  • Second mécénat de compétence de DNP

Le double numérique des œuvres permet au chercheur ou au curieux de les étudier en s’affranchissant des contraintes matérielles de la consultation physique. Il autorise l’examen en tous sens d’objets précieux et fragiles aussi souvent que nécessaire, au mépris des distances géographiques, sans limite de temps : un partage total.

Pont entre les cultures française et japonaise, ce deuxième mécénat de compétence de DNP permet à la BnF de poursuivre sa stratégie d’innovation en proposant un deuxième ensemble unique d’œuvres patrimoniales en 3D dans Gallica après la mise en ligne, en 2016, de 55 globes anciens datant du 11e au 19e siècle, issus du département des Cartes et Plans.

« DNP est très honoré d’avoir pu relever ce nouveau défi avec la BnF, une des bibliothèques les plus renommées au monde, en combinant données numériques 3D et Gallica, pour des rencontres enrichies entre le public et les arts, contribuant ainsi à la transmission du patrimoine historique et culturel de l’humanité. Nous entendons poursuivre nos efforts pour mettre les nouvelles technologies au service de l’art et de la culture ; plus les œuvres seront nombreuses à être numérisées, plus on trouvera des moyens de les valoriser encore plus largement. »  Motoharu Kitajima, Senior Executive Corporate Officer, DNP

  • Quelques pièces remarquables des collections numérisées

Éléphant dit de « Charlemagne », 9e siècle

Cette pièce en ivoire d’éléphant d’un jeu d’apparat est signée sous le pied par un ivoirier arabe. Un personnage richement vêtu trÙne sur le dessus.

Datée du 9e siècle, époque o˘ le jeu d’échecs n’était pas encore pratiqué en Occident, elle est contemporaine du règne de Charlemagne.

Gobelet du trésor de Berthouville. Jeux isthmiques, vers 40-70 après J.-C.

Ce gobelet en argent doré évoque l’origine légendaire des jeux isthmiques, célébrés
au sanctuaire de l’Isthme à Corinthe en l’honneur de Poséidon. Crée en Italie, il a été découvert en 1830 à Berthouville (Eure) avec une centaine d’autres pièces d’argenterie gallo-romaine, dans un temple dédié au dieu Mercure. Fiche objet 3D sur Gallica

Canthare du trésor de Saint-Denis. Coupe des Ptolémées, vers 50 avant-50 après J.-C.
Cette coupe a été taillée dans un seul bloc de sardonyx, à Alexandrie ou Rome, vers 50 avant-50 après J.-C. Son décor est lié au culte de Dionysos, dieu du vin. Conservée dans le trésor de l’abbaye de Saint-Denis, elle a servi lors du sacre des reines de France à partir du 15e siècle.

Statuette de Mercure du trésor de Berthouville, vers 150-225 après J.-C.

Cette statuette en argent de Mercure, dieu des voyageurs et des commerçants, qui tient un caducée dans la main gauche, a été créée vers 150-225 après J.-C. en Gaule. Elle a été découverte en 1830 à Berthouville (Eure) avec une centaine d’autres pièces d’argenterie gallo-romaine, dans un temple dédié au dieu Mercure. Fiche objet 3D sur Gallica

Amphore à col. Héraclès contre le triple Géryon, vers 540-530 avant J.-C.

Cette amphore (Italie, Calabre, vers 540-530 avant J.-C.) représente l’un des travaux d’Héraclès : Héraclès décoche ses flèches en direction du géant à trois têtes Géryon pour s’emparer de ses bœufs.

Fiche objet 3D sur Gallica

  • La Bibliothèque nationale de France

La Bibliothèque nationale de France veille sur des collections héritées des Rois de France, qui abritent plus de 40 millions de documents, dont 20 millions à Richelieu. Ces collections sont enrichies à travers le dépÙt légal et une intense politique d’acquisition. Garante de la transmission aux générations futures, la Bibliothèque assure également la conservation et la restauration des œuvres dont elle a la garde. Source de savoirs, elle est la garante d’un patrimoine unique étendu à tous les types de documents : manuscrits, imprimés, gravures, périodiques, photographies, cartes, monnaies, documents audiovisuels, jeux vidéo, sites Internet. Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, permet d’accéder à distance à plus de 7 millions de documents.

  • Dai Nippon Printing Co., Ltd.

Fondé à Tokyo en 1876, Dai Nippon Printing Co., Ltd. est un groupe international, « leader dans le domaine de l’impression », et détenteur de nombreuses techniques d’impression, de numérisation, de diffusion de l’information et de communication. DNP est très heureux d’avoir pu apporter sa coopération à ce projet qui vise à concilier la mise en valeur des œuvres des collections de la BnF dans le cadre du programme de rénovation du site historique de Richelieu, d’une part, et la conservation et la transmission du patrimoine culturel, d’autre part.

Tirant le meilleur parti des technologies numériques, DNP développe des solutions interactives favorisant un plus large accès aux arts et à la culture, à travers son initiative de « DNP Museum Lab ». Faisant suite à une première collaboration avec la BnF de numérisation de globes terrestres et célestes, DNP est fier de présenter aujourd’hui la première étape d’un nouveau projet conjoint : la numérisation en 3D de 21 trésors de la collection de Monnaies, médailles et antiques.

Des innovations ont permis de traiter avec succès des pièces jusqu’ici techniquement difficiles à restituer en 3D du fait de leur matière translucide, de leurs multiples reflets, de leurs reliefs complexes ou de l’extrême minutie de leur façon. DNP entend relier ces innovations avec les données disponibles dans les musées, les bibliothèques et autres centres de documentation pour extraire et développer des contenus correspondant aux intérêts des utilisateurs, en vue d’enrichir encore leur expérience de découverte des œuvres.

SOURCES: BnF (CP)

PHOTOS: BnF, Gallica

PHOTO CAROUSEL: Numérisation 3D de l’Eléphant de Charlemagne (c) Gallica

Date de première publication: 04/03/2021

La BnF est membre du Clic France.

Partager :

Laisser un commentaire