Nouvelle mécène du LACMA, Paris Hilton finance l’acquisition d’œuvres numériques de femmes artistes

Partager :

Le 9 juin 2022, le Los Angeles County Museum of Art (LACMA) a annoncé le lancement d’un nouveau fonds pour soutenir l’acquisition d’œuvres d’art numériques créées par des femmes artistes, une initiative menée par Paris Hilton. Il s’agit du premier fonds d’acquisition créé par l’influenceuse et entrepreneuse pour un musée d’art, ainsi que du premier fonds créé au LACMA pour l’art numérique et parmi les premiers à se concentrer sur l’art féminin.

S’appuyant sur la collection et les activités de programmation du musée, ce nouveau fonds d’acquisition vise à soutenir diverses pratiques d’artistes, y compris le travail avec l’intelligence artificielle, la réalité augmentée, l’animation, le graphisme, l’installation multimédia, la photographie, les jetons non fongibles (NFT), la performance, la création sonore, l’art vidéo et « dans tous les domaines futurs émergeant à mesure que la technologie se développe ».

« Nous sommes reconnaissants à Paris Hilton pour son initiative d’apporter plus d’art numérique par des femmes artistes dans notre collection », a déclaré Michael Govan, le PDG de LACMA. « LACMA a toujours été intéressé par l’expérimentation et la prise de risques dans l’art, et cette initiative aidera le musée – et Los Angeles – à continuer à évoluer vers un centre important pour l’art numérique. »

Le musée n’a pas révélé le montant du don apporté par Paris Hilton, mais « c’est un effort d’acquisition qui aura un impact significatif sur notre collection et élargira notre savoir et nos idées autour de l’art numérique », a déclaré au LA Times Dhyandra Lawson, conservatrice adjointe du département de photographie de LACMA« Et cela nous permettra d’étudier un large éventail de pratiques artistiques dans le cadre large de l’art numérique. »

Paris Hilton avait déjà assisté au gala de collecte de fonds du LACMA dans le passé. Mais l’initiative d’acquisition est le premier don majeur qu’elle fait à un musée d’art.

Elle a expliqué dans une interview qu’elle collectionnait de l’art numérique, « y compris mon premier NFT en 2020 pour collecter des fonds pour les victimes des incendies de forêt en Australie ».

Et l’influenceuse d’ajouter: « J’ai toujours aimé LACMA, et maintenant que mon mari [Carter Reum] siège au conseil d’administration du musée, je suis très heureux de faire partie du voyage de LACMA vers l’avenir ».

L’arrivée de la nouvelle mécène ne fait pas l’unanimité. Sur Twitter, le critique d’art et auteur Ben Lewis a très vite écrit : « Une célébrité qui s’intéresse aux NFT et met en place un « fonds » pour acheter des NFT pour une institution publique: un conflit d’intérêts classique pour le marché de l’art et une escroquerie muséale. Cela devrait être abandonné ».

  • Deux premières œuvres numériques

En parallèle de la création du fonds, le LACMA a annoncé l’acquisition de deux créations, pour enrichir sa collection permanente. Les deux nouvelles acquisitions numériques sont des œuvres vidéo livrées sous forme de NFT :

. « Continuum : Los Angeles » (2022) de l’artiste canado-coréenne Krista Kim, qui dépeint un dégradé de couleurs vibrantes qui évolue au cours d’une boucle vidéo de 40 minutes. L’artiste s’inspire du ciel en constante évolution au-dessus de Los Angeles. Le duo de musique électronique Ligovskoï a créé les éléments sonores originaux de l’œuvre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Krista Kim (@krista.kim)

. « The Question » (2022), de l’artiste britannique Shantell Martin, « utilise les technologies numériques pour engager le dessin ».

Shantell Martin, « The Question » , 2022, une œuvre NFT. (Shantell Martin)

Le travail de Krista Kim est un don au musée tandis que celui de Shantell Martin a été commandé par le biais du nouveau fonds d’acquisition de Paris Hilton.

Les 2 créations, qui, selon LACMA, explorent les effets de la technologie numérique sur la perception et l’interaction du public, seront incluses dans une exposition automnale examinant l’innovation numérique par les femmes artistes, coproduite avec l’Arizona State University.

« En tant qu’activiste et entrepreneure qui aime repousser les limites dans de nombreux domaines à prédominance masculine, je me suis immédiatement identifiée à la nécessité de soutenir les femmes dans le Web3 », a déclaré Paris Hilton« Il y a tellement de femmes innovatrices incroyablement brillantes et créatives dans ce nouvel espace. »

  • Art et innovation technologique

L’art numérique fait partie intégrante des collections et de la programmation du LACMA depuis les années 1960. La collection d’art numérique du musée est devenue importante. « Depuis l’avènement d’Internet à la fin des années 90, LACMA collectionne l’art numérique. Et certains des meilleurs exemples sont des femmes » précise Dhyandra Lawson.

Cela inclut des « œuvres majeures » de Mariko Mori et Diana Thater, ainsi que des créations récentes, acquises entre 2000 et 2010, par les artistes Petra Cortright et Cao Fei.

Le LACMA a également une longue histoire avec l’art axé sur la technologie.

Son programme « Art et technologie », qui accordait des bourses aux artistes, a été fondé en 1967 par le premier conservateur d’art moderne à plein temps du musée, Maurice Tuchman. Cette initiative a pris fin en 1971 mais LACMA l’a ressuscitée en 2013, avec le nouveau Art + Technology Lab.

Dans ce cadre, le musée a établi un partenariat longue durée avec Snapchat. (ARTICLE CLIC: Los Angeles County Museum of Art (LACMA) et Snap lancent les 5 premiers épisodes de Monumental Perspectives)

SOURCE: Lacma, LA Times, presse

PHOTOS: Lacma

Date de première publication: 10/06/2022

Partager :

Leave a Comment