DOSSIER / Tour de France 2018 des nouveaux dispositifs numériques muséaux et patrimoniaux permanents (10/10/2018)

Le musée lapidaire de Déols en mode 2.0, une application « Destination Orléans » pour accompagner les touristes, des bornes interactives dans les rues de Vandoeuvre-lès-Nancy, l’entrée dans le numérique du couvent des Ursulines, le nouvel espace d’accueil du Cyclop, un musée québécois accessible dans la Micro Folie, une borne numérique au musée Buffon de Montbard, la nouvelle application Mµ du MUCEM, une campagne de numérisation 3D du Château de la Mothe Chandeniers, Picasso en vedette de la nouvelle exposition immersive des Carrières de Lumières, des outils innovants dans la nouvelle exposition permanente sur le numérique au Palais de la découverte, le robot Nao au Musée Sainte-Croix, un théâtre antique en 3D, le site Gigapixel du Musée des Beaux-Arts de Lyon, des tableaux en 3D au Musée de l’Ardenne, une nouvelle collection d’applications sur l’histoire de l’Art lancée par la RMN, une « Micro-Folie » aux Mureaux, des visites scientifiques au Louvre-Lens … Dans ce dossier, le CLIC France propose un panorama des nouveaux dispositifs numériques permanents,  muséaux et patrimoniaux, déployés en 2018.

N’hésitez pas à nous faire part de vos propres innovations à redaction@club-innovation-culture.fr.

  • Le musée lapidaire de Déols en mode 2.0 (14/09/2018)

Lors des journées du patrimoine 2018, l’abbaye de Déols datant de 1100 ans ouvre ses portes pour une visite à 360°. Le musée propose ainsi au visiteurs de retourner dans le passé et d’en découvrir les secrets. En se plaçant dans l’enceinte du cloître, les visiteurs peuvent voir les ruines reprendre forme en manipulant la tablette, proposée en location à l’accueil du site clunisien.

© Musée lapidaire de Déols

En plus de mettre à disposition des tablettes, le musée a également créé  une application Déols360 disponible sur tous les smartphones depuis juin 2018 (disponible sur App Store et Google Play) qui offre quasiment les mêmes possibilités.

En complément de la visite 360°, d’autres outils technologiques sont proposés tels qu’un film ou une borne numérique qui plongent les visiteurs dans une visite immersive de l’Abbaye de Déols.

(Source: ville-deols.fr, lanouvellerepublique.fr, berryprovince.com)

  • Des bornes interactives pour guider les visiteurs dans les rues de Vandoeuvre-lès-Nancy (14/09/2018)

A l’occasion des JEP 2018, la municipalité de Vandoeuvre-lès-Nancy (Grand Est) a implanté des bornes interactives connectées par Bluetooth autour de sept de ses monuments pour en raconter l’histoire.

Grâce à la technologie Bluetooth « Beacon », le smartphone émet un signal lorsque le visiteur s’approche d’un site historique remarquable et il peut alors directement accéder à des contenus interactifs. Localisation précise du site, son histoire, photos et cartes anciennes, documents audiovisuels, liens vers des sites complémentaires…les informations liées au lieu sont disponibles immédiatement ! De quoi enrichir la visite, mais aussi, en mettant en mémoire ces sources d’information, d’approfondir le sujet ultérieurement.

En partenariat avec la société Nirbee, Vandœuvre est la première ville de la région Grand Est à mettre en place une application concrète de cette technologie en déployant, dans un premier temps, un réseau de 7 bornes « Beacon » qui est opérationnel depuis les journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre 2018.

7 lieux équipés de balises beacon: Eglise Saint-François d’Assise, Hôtel de Ville de Vandœuvre, Château Antoine, Grand lavoir du village rue Gambetta, Lavoir du petit tonneau et parc du tonneau, Eglise Saint Melaine et Domaine du Charmois sur la Ferme et le Château.

Pour profiter de ce service, le visiteur doit télécharger sur son smartphone l’application « Embanie » disponible sur Apple Store et Google Store. « Embanie » est le nom d’un des ruisseaux du village.

(Source: vandoeuvre.fr, Est Républicain)

  • Le musée d’Histoire de la vie quotidienne propose de tester ses connaissances grâce à une application (août 2018)

Les visiteurs du musée d’Histoire de la vie quotidienne (MHVQ) peuvent dorénavant vivre une nouvelle expérience.

En association avec la société Combat de Coqs, le musée propose depuis août 2018 une application qui permet aux visiteurs, à la fin de leurs visites, de tester leurs connaissances sur les différents collections exposées au musée. Plusieurs séries de questions leurs sont posées et les visiteurs doivent y répondre en s’appuyant sur leurs souvenirs de visite.

Crédit Photo: site du musée

La société Combat de Coqs est née en 2015 avec la sortie d’une application mobile qui proposait un quizz de plus de 6 000 questions sur la culture française. À ce jour, 60 000 joueurs utilisateurs ont téléchargé l’application et se défient en répondant aux questions. Un an plus tard, grâce à deux campagnes de financement participatif, l’application est déclinée en jeu de société.

(Source: paris-normandie.fr)

  • Le musée d’Agesci et le donjon de la communauté d’agglomération du Niortais (CAN) enrichissent leurs visites à l’aide de tablette et de smartphone (31/07/2018)

Afin d’accompagner le visiteur dans sa découverte des collections, des parcours de visite libre et thématique sont à présent disponibles au musée d’Agesci.

Le premier d’entre eux porte sur la peinture, et sera suivi par des parcours paysages, portraits, femmes, l’ornithologie, les objets scientifiques au musée. Pour le donjon, l’application se concentre sur l’histoire du site et son implication dans les grands événements de France.

De nombreux contenus média sont disponibles, tels que des descriptions d’œuvre pour adulte et enfant, des vidéos, des quiz, des jeux comme celui des 7 erreurs et bientôt la découverte des étapes de restauration d’un tableau.

Disponible en anglais et en français, la possibilité est donnée au conservateur d’enrichir le contenu au fil des expositions et de faire évoluer son offre à l’envi.

30 tablettes sont à mises disposition des visiteurs sur place.

L’application a été développée par la CAN et la direction des musées qui ont bénéficié du soutien de la Région (10 000€) et de l’Europe (58 000€).

(Source : La nouvelle république)

Le patrimoine auscitain se visite le smartphone à la main (23/07/2018)

L’office du tourisme de Auch a décidé de développer une application « Explore Auch » pour faciliter la découverte de la ville. A l’aide d’une tablette ou d’un smartphone, l’application permet à ses utilisateurs de partir à la recherche des lieux et des personnages au centre de la ville. Bien que ses utilisateurs ne soient pas obligés de le suivre, l’application propose un fil conducteur, un petit gersois qui cherche une oie perdue : pendant près de 2 heures, avec des jeux et des devinettes, les touristes feront un tour du centre-ville en faisant bien attention aux détails. Par exemple, ils pourront voir le musée des Jacobins ou encore la maison du XVème siècle.

Explore Auch est déjà disponible sur Android et IPhone.

L’objectif de cette application était de faire quelque chose de familial, d’accessible à tous, dans le cadre du label Famille Plus. Le parcours et les indications sont le fruit d’un travail de plusieurs mois et de 43 000 euros d’investissement de la part de l’office du tourisme de Auch pour son développement. Cependant Fabien Ferrer-Joly, conservateur du musée des Jacobins verrait l’application prendre de l’importance pour s’étendre à la banlieue de Auch ou même encore dans d’autres villes d’Art et d’Histoire.

Pour visionner la vidéo de présentation de l’application : https://www.youtube.com/watch?v=t4t6v7gW8Q4 ou pour plus de renseignement sur le site de présentation de l’application.

(Source: Site de la Mairie d’Auch)

 

  • La Métropole d’Orléans lance son application « Destination Orléans » pour accompagner les touristes (20/07/2018)

Orléans-métropole a lancé le 20 juillet 2018 une nouvelle application gratuite « Destination Orléans » qui a pour objectif d’attirer de nouveaux visiteurs et de mieux les accueillir, afin de leur faire découvrir la cité Johannique et ses environs. Cet outil numérique a été développé par Orléans Val de Loire Tourisme et la ville d’Orléans, avec la collaboration du service Ville d’Art et d’Histoire

Cette application, disponible sur IOS et sur Android, permet de localiser tous les points culturels de référence d’Orléans, classés par thématique : culture, monuments ou châteaux… Les visiteurs peuvent également trouver des conseils dans la rubrique « où manger? » et « où dormir? » afin d’organiser leur séjour.

Pour Martine Grivot, adjointe chargée du tourisme, l’idée est de « mettre en place des outils pour que les touristes viennent sur notre territoire et que leur vie soit facilitée« .

Quatre parcours sont également disponibles sur l’application pour visiter les différents quartiers d’Orléans. D’autres sont en cours de préparation.

L’application sera prochainement enrichie en partenariat avec des prestataires touristiques.

(Source: orleans-metropole.fr)

 

« MAMC+ », l’application mobile du Musée d’Art moderne de Saint-Etienne (05/07/2018)

Le musée d’Art moderne propose aux visiteurs une nouvelle application mobile disponible sur smartphone et tablette pour aider à la visite. L’application du Musée d’art Moderne de Saint Etienne est téléchargeable sur Play Store et sur ITunes.

En plus des informations pratiques comme les informations sur le musée ou un onglet « billetterie », dans cette application, les visiteurs ont accès à 5 parcours de visites différents : ils peuvent y trouver par exemple, un parcours musical interprétée par la Comedie de Saint Etienne ou un parcours chorégraphié accompagné de Denis Plassar de la Compagnie Propos etc…  Ainsi en fonction de l’art qui leur plait, les visiteurs pourront choisir le parcours qui leur correspond.

Le 5 juillet à 18 heures, les visiteurs ont pu découvrir l’application à travers une soirée spéciale organisée par le MAMC+.

Lire l’article du CLIC France dédié à cette application.

(Source: Loire l’Essor)

 

  • Une visite connectée du domaine viticole du château des Mourgues du Grès (04/07/2018)

Niché au cœur des costières de Nîmes, sur la commune de Beaucaire, le domaine viticole du château des Mourgues du Grès est le premier vignoble à proposer une application pour smartphone apportant une expérience innovante.

À l’intérieur de bornes de pierre, un dispositif sans fil par Bluetooth, ne nécessitant ni connexion 4G ni WIFI, permet aux visiteurs de découvrir les vignes. 5 balises numériques sont réparties le long du sentier pour un parcours de presque 2 heures.

Crédit Photo: Philippe Dauphin

“Elles délivrent à travers des textes, des photos, des vidéos, des informations que nous souhaitons apporter à nos visiteurs : la vie du domaine au fil des saisons, comment s’élaborent nos vins de la plantation à la vinification, les arômes présents dans les vins qui expriment nos paysages, et beaucoup d’autres choses comme l’histoire millénaire du domaine, la géologie, la richesse de notre faune et de notre flore” explique Anne Collard, administratrice du château.

L’objectif est de développer l’œnotourisme du domaine en le modernisant, et d’accroître les ventes en mettant en valeur la qualité du produit.

(Source : France 3, France bleu)

  • Nouvelle application au Musée des Traditions et arts normands au Château de Martainville – (01/06/2018)

Le musée des Traditions et Arts Normands a développé en partenariat avec l’entreprise Orange une application rendant le musée plus accessible aux enfants.

L’application « Les aventures de Barnabé » s’intègre au programme « Jardin retrouvé » lancé par le musée entre 2011 et 2014 dans l’optique de rendre aux jardins du château leur allure du 18e siècle.

Crédit photo : site du château de Martainville

L’application est gratuite pour smartphones et tablettes et permet aux enfants de plus de 7 ans de découvrir les jardins de manière ludique et pédagogique : le jardinier Barnabé a perdu tous ses outils, les enfants doivent donc l’aider à les retrouver en se promenant dans les jardins avec différents jeux interactifs et immersifs. L’application propose également des vidéos à 360° pour une découverte plus globale des jardins.

Pour visionner la vidéo de présentation de l’application : after_martainville_0002

(Source: Paris Normandie.fr, site du château de Martainville)

  • Le Musée des Ursulines fait son entrée dans l’ère numérique (31/05/2018)

A partir de la fin du mois de juin 2018, le musée des Ursulines se met à l’ère du numérique, offrant à ses visiteurs une modélisation 3D du couvent dans lequel il se trouve. Les différents bâtiments du couvent, existants ou détruits, seront désormais reconstitués en 3D et en direct, devant les yeux des visiteurs.

Ce projet a vu le jour grâce aux nombreuses études archéologiques et historiques qui ont été faites au fil du temps. La modélisation 3D des lieux permettra aux visiteurs de mieux comprendre l’histoire du couvent et les différentes étapes de sa construction.

Subventionné par le Ministère de la Culture à hauteur de 60 000 euros, ce projet de numérisation va permettre au musée de diversifier son offre culturelle et toucher ainsi un public plus large.

Des films d’archives seront également superposés à la modélisation afin de replacer les évènements filmés dans leur contexte.

(Source : Lenouvelliste)

  • À la découverte de l’histoire de la Citadelle de Belfort en réalité virtuelle (25/05/2018)

La citadelle de Belfort propose depuis le 25 mai 2018 une nouvelle offre de médiation numérique développée par Livdeo.

À l’aide de la réalité virtuelle, le visiteur découvre l’histoire des fortifications et du Grand souterrain de la Citadelle et peut au choix, suivre le parcours en visite guidée, ou librement via un plan interactif.

Crédit photo : Livdeo / GEED application

L’application propose de nombreux médias pédagogiques permettant de mieux comprendre l’histoire de ce lieu emblématique de la région Franche-Comté : images d’archives, films de reconstitution en 3D, textes d’interprétations, comparaisons historiques 360° en réalité virtuelle.

Disponible en français, anglais, allemand, l’application ne nécessite aucun téléchargement, ni connexion 3G/4G grâce à la solution geed de Livdeo.

(Source : Livdeo)

  • Un nouvel espace d’accueil pour le Cyclop (18/04/2018)

Depuis 2015, le Centre National des Arts Plastique (CNAP) a pour mission la commande d’œuvres monumentales destinées à l’espace public, pouvant être installées pour une courte durée et circuler aisément.

Dans le cadre de ce programme, le CNAP a fait appel à l’architecte Hans-Walter Müller pour créer le nouvel espace d’accueil du Cyclop, cette œuvre monumentale créée par Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle dans la forêt de Milly-la-Forêt (Essonne).

L’œuvre de Hans-Walter Müller fait partie des structures gonflables, les « architectures soufflées » qui  imitent le système respiratoire des êtres vivants. Cette « bulle » ouverte sur le monde vient remplacer le camion de pompier transformé par Pierre-Marie Lejeune en billetterie à l’ouverture du Cyclop en 1994.

L’inauguration de cet espace le 7 avril 2018  a ouvert la saison artistique 2018 du Cyclop, Re-naissance, ici et maintenant ! qui invite chaque année des artistes de la scène contemporaine à travailler autour de l’œuvre monumentale.

Jusqu’au 4 novembre 2018, les visiteurs du Cyclop pourront découvrir ce nouvel espace d’accueil.

(Sources: CNAP, Le Cyclop)

  • Un musée québécois accessible dans la Micro Folie (05/04/2018)

La Micro Folie des Mureaux, inaugurée le 12 janvier 2018, accueille depuis le 4 avril 2018 une partie des collections du musée de la civilisation à Québec. Les visiteurs du musée québécois auront quant à eux la possibilité de visiter visiter virtuellement le château de Versailles et le musée du Louvre.

Didier Fusillier, président de La Villette et le directeur général du musée de la civilisation Stéphan La Roche, ont signé jeudi 8 février 2018 une convention qui fait du musée québécois le premier musée nord américain à rejoindre le catalogue numérique.

(Source: La gazette-yvelines)

  • Une ballade numérique à La Turballe « au temps des cartes postales » (avril 2018)

Depuis avril 2018, à La Turballe, l’association Au Gré des Vents, qui gère le musée « La Maison de la Pêche », propose aux promeneurs une application numérique sur mobile pour découvrir l’histoire de la ville autrement.

Crédit: site Balutik

Sous la forme d’un jeu de piste, l’application développée par Baludik, invite le visiteur à aider Joséphine Tourlandroux à retrouver les cartes postales de sa grand-tante qu’elle a égarée.

La Turballe se découvre ainsi, de fil en aiguille, en résolvant des énigmes, chaque carte retrouvée permettant de voir la ville d’hier et aujourd’hui. Tout au long du jeu des contenus multimédias (informations patrimoniales, photos, audio) sont à débloquer.

Le jeu existe également en version papier. Il faut environ 1h30 pour aller au bout des 13 étapes proposées.

(Source : La Turballe / Baludik)

  • Une borne numérique au musée Buffon de Montbard

Depuis le samedi 24 mars 2018, le musée Parc Buffon bénéficie d’une borne numérique « Architecture du temps et de la nature » qui a été inaugurée par les élus, les personnalités ainsi que le photographe, le dessinateur et l’archéologue qui ont réalisé ensemble cet outil numérique consultable par tous, sur place ou chez soi, sur le site web du musée. La borne et sa version web proposent une balade historique et interactive à travers le temps, du château des ducs de bourgogne au réaménagement du Parc par Buffon au XVIIIe siècle.

(c) Photo Dominique RAGOT / le Bien Public

Ce projet numérique accessible à l’accueil du musée Buffon est un projet de la Ville de Montbard, réalisé par le photographe Xavier Spertini, en partenariat avec l’Inrap Bourgogne-Franche-Comté, le Muséum national d’histoire naturelle, les Archives départementales de Côte-d’Or, la Bibliothèque nationale de France, l’historienne des jardins, Anne Allimant-Verdillon, le dessinateur Jérémy Soheylian, la Maison des Sciences de l’Homme (Université de Dijon) et soutenu par le PETR Auxois-Morvan, la Région et la DRAC Bourgogne-Franche-Comté.

Le Musée Buffon est classé Monument Historique, Musée de France, labellisé « Maison des Illustres ».

(Sources: bienpublic.com)

  • L’entreprise Art Graphique & Patrimoine et ses deux nouvelles campagnes de numérisation 3D (27/03/2018)

Depuis 20 ans, Art Graphique & Patrimoine (AG&P) œuvre à la préservation et la mise en valeur du patrimoine à travers les technologies numériques. En 2018, l’entreprise a souhaité être partenaire de la start-up Dartagnans et de l’association Adopte un château en prenant en charge la campagne de numérisation 3D du site du Château de la Mothe Chandeniers.

Du 3 au 6 avril 2018, Art Graphique & Patrimoine (AG&P) lance une campagne de numérisation 3D sur le site du Château de la Mothe Chandeniers pour la réalisation des relevés aériens et des relevés laser du château. L’objectif de cette campagne est de conserver une trace du monument tel qu’il est aujourd’hui en vue des futurs travaux de restauration.

Une campagne de levée de fonds, lancée sur le site Dartagnans, s’est achevée avec succès le 1 décembre 2017, permettant à près de 25 000 donateurs venus du monde entier de racheter le château pour 500 000 euros. Les fonds supplémentaires récoltés seront utilisés pour la rénovation du château.

Numérisation des relevés des mosaïques de la Grande Mosquée de Damas

En décembre 2017, AG&P a réalisé pour le Musée du Louvre la numérisation des neuf tableaux relevés de la mosaïque à fond d’or de la Grande mosquée de Damas. Ces tableaux sont conservés depuis les années dans les réserves du Musée, à l’abri du regard des spectateurs.

Cette digitalisation de très haute précision va permettre une reproduction numérique exacte des panneaux et pour la réalisation de fac-similés grandeur nature des mosaïques. L’objectif de cette manœuvre est de permettre l’exposition de ces chefs-d’ouvre au public, tout en veillant à leur protection.

(Sources: Artgp, Dartagnans)

  • Picasso et les maîtres espagnols en vedette de la nouvelle expérience immersive des Carrières de Lumières (23/03/2018)

Du 2 mars 2018 au 6 janvier 2019, le public des Carrières de Lumières, aux Baux de Provence, peut découvrir la nouvelle exposition immersive consacrée à « Picasso et les maîtres espagnols ». Le lieu de calcaire, qui servit de décor à Jean Cocteau pour Le Testament d’Orphée (1960), offre un parcours immersif dans des chefs-d’oeuvre numérisés, projetés dans un espace de 7 000 m2 avec une hauteur de plafond allant jusqu’à 16 mètres.

© Culturespaces / E. Spiller – Succession Picasso 2018

Pour 12,5€, le visiteur a accès à un spectacle d’une durée de trente minutes, durant lequel il peut s’immerger -en musique- dans les oeuvres de grands maîtres, de Guernica (1937) aux Demoiselles d’Avignon (1907) en passant par des oeuvres des contemporains de Picasso, également projetées dans les carrières. Les réalisateurs italiens, GianFranco Iannuzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccard, ont consacré 18 mois à réaliser ce spectacle entièrement composé d’oeuvres digitalisées.

Un voyage immersif dans l’univers graphique des sixties !

Du 2 mars 2018 au 6 janvier 2019, avec la seconde exposition Flower Power, les Carrières de Lumières se transforment également en une ville imaginaire ou les spectateurs sont invités à flâner et à « se perdre dans les pas de cette génération géniale de la fin des années ’60 qui a changé le monde ». Dans les rues de cette ville imaginaire raisonne la musique formidable des sixties, du mythique album Srg. Pepper des Beatles à la musique psychédélique de Jimy Hendrix en passant par les Rolling Stones, Simon and Garfunkel et les Beach Boys, un condensé de la grande diversité et créativité de cette époque. Tous les courants de cette révolution culturelle qui devient « La culture populaire », l’art, la mode, les symboles et les icones de cette génération se mettent en scène sur les murs des Carrières de Lumière pour plonger les spectateurs au cœur de cette période de l’histoire qui a été une formidable explosion créatrice.

Le studio Danny Rose a fait un travail passionné de recherche et de création qui esquisse en programme de 8 minutes les différentes âmes des sixties : le « Flower Power » du mouvement Hippie avec son graphisme coloré, les fleurs et les slogans « peace and love » ; un hommage graphique à l’univers délirant de Srg. Pepper et Yellow Submarin ; le Pop Art avec une évocation originale qui en met en scène les codes utilisant l’imagerie de la culture de masse, objets du quotidiens, bande dessinée et un final qui célèbre les états de perception altérée avec l’Art optique et cinétique et l’iconographie psychédélique.

Chacun de ces univers à fait l’objet d’une création d’illustrations et animations originales qui s’inscrivent dans une narration immersive, pensée pour un lieu où l’on est plongé dans l’image.

Culturespace, gestionnaire des carrières de Lumière, offrira une expérience immersive similaire dans un nouveau lieu à Paris qui ouvre le vendredi 13 avril 2018. (Lire l’article du CLIC France: DOSSIER / Ouvertures ou réouvertures de musées et lieux de patrimoine en France, en 2018)

(Source: Carrière de Lumières)

  • Des outils innovants dans la nouvelle exposition permanente sur le numérique au Palais de la découverte (21/03/2018)

Le 13 mars 2018, le Palais de la découverte à Paris inaugurait sa première exposition permanente consacrée au monde numérique. Les algorithmes, le big data ou encore la robotique font désormais partie intégrante du nouvel espace « informatique & sciences du numérique » du musée.

« L’ouverture d’un espace permanent consacré à l’informatique et aux sciences du numérique marque l’importance qu’elles ont acquise. L’exposition conçue par le Palais de la découverte, en partenariat avec Inria et l’Agence du Numérique, permet d’entrer dans une discipline complexe de manière accessible. Chacun pourra ainsi mieux comprendre la révolution numérique qui façonne notre époque”, se réjouit Bruno Maquart, président d’Universcience.

« Rendre les gens plus à l’aise. Montrer comment ça marche, à quoi ça sert : ouvrir les boites noires. Ainsi sont les objectifs de ce nouvel espace », explique Vincent Blech, commissaire de l’exposition.

Ce nouvel espace du Palais de la découverte permet au public de découvrir ce que sont données, algorithmes, codes et machines, les quatre principaux constituants de l’informatique. On y aborde aussi les thèmes du Big Data, de l’apprentissage automatique, des robots et des réseaux, tous liés aux sciences du numérique qui reposent sur l’informatique

L’exposition s’organise en trois parties.

. Les fondamentaux

Dans la première partie, les visiteurs découvrent les quatre éléments qui fondent l’informatique, indispensables à la bonne compréhension de cette science et de son histoire. Il s’agit de l’information, traitée par des algorithmes qui sont exprimés dans un langage formel pour être exécutés par une machine.
Chaque dispositif interactif vise à montrer “comment ça marche ?” : la pensée algorithmique ? Le traitement de l’image ? Un programme ? Un ordinateur ? Chaque scénario propose plusieurs niveaux de complexité, afin de s’adresser à différents niveaux de compétence et d’appétence du grand public.

. Laboratoire

Dans la deuxième section de l’exposition, plus ludique, le public découvre et appréhende quelques exemples actuels d’aboutissements des sciences du numérique, dont le niveau de complexité paraît extraordinaire. Réseaux, apprentissage automatique, robotique et données massives (Big Data) conjuguent données, algorithmes, langages et machines à un très haut degré de sophistication.

Les visiteurs ont ici l’occasion de gérer le routage d’un réseau, collaborer avec un bras robotique, défier une intelligence artificielle, consulter une analyse big data, manipuler un robot collaboratif ou de s’essayer au « deep learning », à travers un algorithme de dessin.

. L’arène techno

Cette dernière zone questionne les usages en permettant de tester quelques dispositifs numériques innovants. L’arène techno sera renouvelée régulièrement au gré des avancées technologiques. Tous les dispositifs présentés, aident à répondre à la question : À quoi pourrait me servir toute cette science ?

La première thématique se concentre sur les interfaces homme-machine et les visiteurs pourront tester les technologies suivantes :
• la manipulation d’images médicales sans contact via le système “Fluid” de Therapixel,
• les écrans tactiles augmentés pour des sensations haptiques avec le système “Xplore Touch” de Hap2u,
• la transmission d’information par la lumière avec un spot led Li-Fi avec Lucibel.

L’ALGOGRAPHE, dessiner en codant

Le Palais de la découverte avait lancé le 16 octobre 2018 sa première campagne de financement participatif, via la plateforme Ulule, autour de l’Algographe. Élaboré à partir du langage de programmation “Context Free Art”, l’Algographe est un appareil multimédia qui permet aux visiteurs de créer des dessins spectaculaires à partir de lignes de code et de les projeter sur un mur de l’espace d’exposition.

Depuis le 13 mars 2018, l’Algographe, financé grâce à la générosité du public (20 730 euros collectés auprès de 235 donateurs, soit 120% de l’objectif initial), est présenté au cœur de l’espace informatique et peut être testé sur son propre navigateur, grâce à la version web qui a été développée !

« L’informatique n’est pas une science qui essaye decomprendre le monde comme la physique ou la biologie, c’est une science artisale : on construit des algorithmes pour résoudre des problèmes » conclut Vincent Blech.

L’exposition a été conçue par le Palais de la découverte, en partenariat avec Inria et l’Agence du Numérique.

(Source: Palais de la Découverte / Universcience)

  • Le robot Nao au musée Sainte-Croix de Poitiers (11/03/2018)

Chaque année, la Gamers Assembly rassemble les meilleurs joueurs de jeux vidéo au monde pour un évènement de sport électronique se déroulant à Poitiers depuis 2014.  A l’occasion de l’édition de 2018, le Musée Sainte-Croix a mis en place un dispositif interactif de jeu au cours duquel les visiteurs sont invités à défier le robot Nao. Le samedi 31 mars 2018,  les visiteurs pourront non seulement interagir avec Nao, mais aussi profiter d’un parcours spécial façon jeu de piste dans l’application numérique Visite Patrimoine Poitiers et tester, in situ, la version bêta de la future application de jeu s’adressant aux 11-25 ans (voire plus si affinité), la Monster Party. Cette application -lancée d’ici l’été 2018- permettra aux jeunes visiteurs de chasser les monstres du musée.

L’événement avec Nao a lieu le le samedi 31 mars à 14h et à 16h et les inscriptions sont obligatoires.

Cette médiation est le fruit de la collaboration entre l’Université de La Rochelle, le CPER NUMERIC et le Pôle Patrimoine de Grand Poitiers‒VPAH.

(Source: Musée Sainte-Croix)

  • Le musée archéologique de Vendeuil-Caply et son théâtre antique en 3D (08/03/2018)

Le 10 février 2018, le musée archéologique de l’Oise de Vendeuil-Caply a rouvert ses portes au public après deux mois de coupure, proposant une exposition sur les théâtres du nord de la Gaule. Cette exposition, à l’initiative de Valérie Kozlowski qui a pris la direction du musée en octobre 2017, met à l’honneur ces théâtres « ingrats » grâce à un nouvel outil qui devrait révolutionner la visite et la perception des trésors archéologiques exposés : la 3D. Elle fait suite à une campagne de levée de fonds via la plateforme de crowdfunding Dartagnans, achevée avec succès.

Valérie Kozlowski explique: « la modélisation en 3D permet d’illustrer la grandeur de ce théâtre qui pouvait accueillir jusqu’à 500 spectateurs. Sa taille a surpris tout le monde, même les archéologues qui travaillent sur le site depuis plusieurs années. »

(Source: Dartagnans, Le Parisien)

 

  • Mµ, la nouvelle application pour plonger au cœur du MUCEM (28/02/2018)

Le 24 février 2018, le MUCEM (Marseille) a lancé sa nouvelle application « Mµ ». Conçue pour être utilisée dans l’enceinte du musée, elle propose une promenade poétique et ludique. Ainsi, le visiteur est plongé dans un monde futuriste, englouti par les eaux.

Le synopsis: « Quelque part dans les profondeurs marines a été localisé l’emplacement du continent englouti Mµ, un immense cube de béton enveloppé de fines résilles. Le visiteur, aidé par les archéologues du futur, doit découvrir le maximum d’objets disséminés sur le site et imaginer quelle était leur utilité ».

En parcourant les différents espaces du musée et notamment l’exposition « Connectivités« , le visiteur a pour mission de « découvrir l’origine de ce mystérieux continent en redécouvrant les collections du musée ».

L’application est disponible sur les magasins d’application (Appstore / GooglePlay) mais est utilisable seulement au Mucem. Elle sera améliorée au cours de l’année 2018.

(Source: Mucem)

  • Le site Gigapixel du Musée des Beaux-Arts de Lyon (21/02/2018)

Le 21 février 2018, le Musée des Beaux-Arts de Lyon a mis en ligne un site Gigapixel permettant d’observer des tableaux dans les moindres détails. Il est ainsi possible de zoomer de façon précise avec une qualité d’image haute-définition sur plus de 40 tableaux issus des collections du musée. Le site propose également une quinzaine de vidéos commentées, en français et en anglais, des galeries thématiques de détails, ainsi que des jeux de 7 erreurs dans une dizaine de tableaux.

734_450_UNE_site_Gigapixel_fleche

(Sources: MBA Lyon)

  • Avec « Les coulisses de l’impressionnisme », la RMN-GP lance une collection d’applications dédiées à l’histoire de l’art (02/2018)

En février 2018, La Réunion des musées nationaux – Grand Palais (Rmn-GP) a lançé le premier volet de « Coulisse de l’art », une collection d’applications consacrées à l’histoire de l’art. Le premier numéro « Les coulisses de l’impressionnisme » met à l’honneur le mouvement impressionniste.

Pour 3,49 euros, il est désormais possible d’accéder à des anecdotes, des documents d’archives, des biographies de peintres ou encore des tableaux emblématiques du célèbre mouvement pictural. Une médiathèque connectée donne également accès aux documents d’archives en ligne.

(Source: RMN-GP)

  • Des tableaux en 3D au Musée de l’Ardenne (07/02/2018)

Pour permettre aux mal voyants et non voyants de profiter des oeuvres du Musée de l’Ardenne, des tableaux ont été reproduit en 3D, dont la Tailleuse de Chanvre d’Eugène Damas. Une douzaine de tableaux issus des musées de l’Ardenne et Rimbaud seront reproduits. L’initiative résulte d’un appel à projets de la Région auquel a répondu le musée, en coopération avec des associations venant en aide aux aveugles et malvoyants.

af6e6b0c10163a975bffbe467733351c
Carole Marquet-Morel

Carole Marquet-Morelle, conservatrice au Musée d’Ardenne explique: « Le but est de faire éprouver les mêmes émotions que si vous regardiez le tableau. On peut ainsi, grâce à la 3D, appréhender le premier plan, l’arrière-plan… On comprend vraiment tout ce qui se passe, comme si on voyait le tableau. »

Le dispositif tactile  sera renforcé par d’autres outils sonores.

(Source: Musée de l’Ardenne)

  • Les visites « l’œil de l’Expert » au Musée du Louvre-Lens (04/02/2018)

Durant le premier semestre 2018, le musée du Louvre-Lens présente de nouveaux ateliers d’initiation aux techniques de création, des visites scientifiques dans les coulisses de l’histoire de l’art, des visites guidées audio descriptives et d’autres en langue des signes française.

louvrelensoeil

Parmi ces nouveautés, les visites spéciales « l’œil de l’Expert » proposent un dimanche par mois une visite gratuite d’un nouveau genre. En compagnie d’un médiateur, les participants découvrent comment les historiens de l’art enquêtent sur les œuvres à l’aide de la science. Faire comprendre les missions d’étude, de conservation et de recherches propres au musée, expliquer la façon dont on écrit l’histoire de l’art ou encore proposer une initiation à la recherche : tels sont les objectifs de cette nouvelle visite enrichie de contenus numériques.

(Source: Musée du Louvre-Lens)

  • Ouverture d’une « Micro-Folie » aux Mureaux (12/01/2018)

La ville des Mureaux accueille depuis début janvier 2018 une nouvelle Micro-Folie, un lieu entièrement dédié au numérique. Installée au sein même de la médiathèque, cette nouvelle Micro-Folie permettras aux habitants de découvrir les grandes œuvres des grandes collections nationales, sans devoir se rendre dans les musées de la capitale.

Mise en page 1

Comme pour ses autres implantations, cet équipement culturel regroupe quatre modules différents: un musée numérique, un fab-lab, une scène et un café.

Au sein du musée numérique, 250 œuvres sont visibles sur un écran géant, issues des collections de huit musées et institutions parisiennes dont la Philharmonie de Paris, le Centre Pompidou ou encore le Musée du Louvre. Les habitants des Mureaux ont donc désormais l’occasion de fréquenter un nouveau espace culturel pour apprendre et inventer.

(Sources: Micro-Folie Mureaux, Le Parisien)

Sources: Micro-Folie Mureaux

Date de première publication: 16/01/2018

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

. DOSSIER / Tour de France 2017 des nouveaux dispositifs numériques muséaux et patrimoniaux permanents (29/12/17)

. DOSSIER / Bandes-annonces d’exposition en France 2017 (21/12/2017)

. DOSSIER / Tour de France des expositions et de leurs dispositifs innovants en 2017 (29/12/2017)

. DOSSIER / Nouveaux sites web de musées, centres de sciences et lieux de patrimoine en France (27/11/2017)/

Laisser un commentaire